mardi 30 novembre 2010

Billets - sélection novembre 2010


Un intérêt... vraiment intéressant!

Al-Qaida n'existe plus depuis 2002

Vivre en adulte

La banque est née dans le péché

Les malades sont des pyromanes

Le sucre, une drogue dure

La nourriture industrielle est Toxic

L'agriculture naturelle de Masanobu Fukuoka

La souffrance cachée des garçons de banlieues

Le lait en cure de désintoxication

L'Occident est mis chaos!

 

 

 

 

Les banques empreintes de carbone


Une approche originale et intéressante des responsabilités concernant l'émission de gaz à effet de serre dans l'atmosphère.
En effet, notre argent, c'est-à-dire les dépôts et placements des particuliers, ne reste pas dans le coffre de la banque : ils financent des activités économiques qui émettent des gaz à effet de serre.
Ainsi 5 000 euros sur un compte courant polluent indirectement autant qu’un 4x4, sur une année.
Quelle responsabilité pour nos 2 millions de millionnaires français!

Y aviez-vous pensé?

Dans l'article vous trouverez le classement de votre banque et même une calculette qui vous permettra de vous faire une idée des conséquences de votre épargne. Surprenant!

La Bataille d'Angleterre version 2(010)



Très grande colère à Bruxelles. Nigel Farage, un homme politique britannique et député européen, espère que la situation actuelle européenne ne se terminera pas dans un bain de sang, surtout après la mise en coupe réglée du peuple irlandais et de, notamment, la prise en otage de leur système de retraite.
Interpellation des dirigeants européens, avec notamment Barroso et Van Rompuy qui font une sale tête
"Mais pour qui vous prenez-vous?"
Vidéo incroyable où beaucoup de choses sont clairement et violemment exprimées. Surtout après l'article (en anglais) de Ambrose Evans-Pritchard dont le titre est "Les leaders européens prennent conscience de l'horrible vérité" (traduction personnelle).

Les anglais montent au créneau.

Et pour ceux qui doutent toujours, lisez ceci. Ou bien cet article de F Leclerc qui termine par une embarrassante question

Quant à eux, les leaders européens sont-ils rationnels ?





lundi 29 novembre 2010

Détente : Bleu océan


                     Un court métrage très relaxant (écran large)

L'Occident est mis chaos!

 
1. Les démocraties libérales représentent la forme la plus élevée et indépassable des formes possibles d’organisation sociale. Il n’y a pas d’alternative.
2. Les valeurs occidentales sont le fruit d’un héritage historique obtenu de haute lutte après des siècles de barbarie. Ces valeurs sont les plus élevées qui soient, les plus respectueuses et bénéfiques pour les collectivités et les individus.
3. L’Occident est soucieux de permettre à tous les peuples de la terre de sortir de la pauvreté et d’accéder à la liberté grâce à la promotion de son modèle démocratique.
4. L’Occident œuvre pour la paix dans le monde.
5. L’évolution de notre civilisation tend toujours vers le mieux.
6. Le capitalisme et son économie de marché ne sont pas parfaits, mais ils sont perfectibles et sont de toute façon le seul modèle viable, il n’y a pas d’alternative.

Si vous êtes d'accord avec les points ci-dessus, surtout ne lisez pas la suite. D'autant plus que le texte est long.
Tout rapport entre la diffusion sur ce blog et la fuite de Wikileaks concernant des documents diplomatiques US  est sans rapport, bien sûr.

dimanche 28 novembre 2010

Première neige!


En l'honneur de la première neige. Une version québécoise avec l'accent.
Enfin quand je dis l'accent, pour eux, c'est nous qui l'avons!

Le lait en cure de désintoxication



On en parle beaucoup, alors le lait, ami ou ennemi? Ni l'un, ni l'autre. Plutôt beaucoup de désinformation voire de contre-information.
Et l'ennemi serait donc bien là, dans la méconnaissance du produit et de son utilité pour l'être humain.

Une interview sur France-Inter de Thierry Souccar, journaliste scientifique, qui a écrit un livre intitulé "Lait, mensonges et propagande" sur son expérience avec la première équipe de scientifiques de la nutrition au monde à Harvard (USA). Celle-ci a réalisé ses études sur des échantillons de dizaines de milliers de personnes. Très loin des tests des groupes agro-alimentaires qui dépassent rarement quelques centaines de volontaires.

Quelques points abordés :
- A l'heure actuelle, il n'existe aucune preuve scientifique que le lait et ses dérivés sont bons pour la santé
- Le paradoxe du calcium : il y a plus de fracture du col du fémur chez les consommateurs de lait
- Le rapport du gouvernement avec l'industrie laitière (Rappelez-vous le verre de lait à la récréation!)
- La consommation de lait en France a été multipliée par 4 en 50 ans et le taux d'ostéoporose augmente de 4% par an


La suite ici et ici - Durée totale 30 mn (3x10mn)

A ne pas manquer.

samedi 27 novembre 2010

Défaite de Monsanto en Allemagne


Après l'Inde au début de l'année, Monsanto subit un autre revers de poids en Allemagne sur ses semences OGM. Et pas pour n'importe quelle raison technique ou commerciale. La décision se penche sur le fait même de l'existence de l'OGM
La cour répète plusieurs fois que le génie génétique modifie la structure même de la vie, ce qui pourrait avoir des effets irréversibles.
Et en plus, le régime de la responsabilité stricte est maintenu
Un agriculteur qui plante des OGM est considéré comme étant responsable si ses cultures OGM contaminent un champ voisin.
Cela devrait certainement limiter le nombre de volontaires.

Vraiment une décision bienvenue avec tout ce que l'on sait maintenant sur la culture de ces semences modifiées. Même les agriculteurs en souffrent comme on l'a vu sur ce blog récemment.

L'article ici

La Chine voit les USA "Au bord du gouffre"

Un gouffre de 1026m en Chine

Il est vraiment intéressant d'avoir une opinion différente. Ici, cela concerne l'estimation des capacités financières des États-Unis vue par une agence de notation chinoise.

Alors que les trois grandes agences de notation américaines, Moody's, Standard and Poor's et Fitch, qui attribuent aux États-Unis la meilleure note possible ("AAA"), Dagong, l'agence chinoise, a manifestement une vision très différente

L'agence d'évaluation financière chinoise Dagong a sévèrement critiqué mardi les Etats-Unis et leur banque centrale (Fed), et abaissé la note de dette de ce pays, dont elle estime la solvabilité "au bord du gouffre". L'agence a abaissé la note de "AA" ("qualité de crédit très élevée" selon son échelle) à "A+" ("qualité de crédit élevée"), avec une perspective "négative".
Dans un rapport disponible sur son site internet et extrêmement pessimiste sur la première économie mondiale, Dagong justifie l'abaissement de la note des Etats-Unis par "la détérioration de leur capacité de remboursement et le recul très fort de l'intention de l'Etat fédéral de s'acquitter de sa dette".

Baisse délibérée du dollar
L'agence juge que Washington, avec la décision de la Fed de se lancer dans une politique de création monétaire, fait délibérément baisser la valeur du dollar, décision qui "va dans la direction opposée des intérêts des créanciers".

Diminuer la dette par la dévaluation
"Par essence, la dépréciation du dollar choisie par l'État américain indique que la solvabilité de celui-ci est au bord du gouffre, et qu'il souhaite par conséquent diminuer sa dette par une dévaluation, conformément à la volonté nationale", ont affirmé les analystes de Dagong.

Risques imprévisibles
Selon eux, "les États-Unis pourraient être confrontés à des risques imprévisibles pour leur solvabilité sous un an ou deux".

Récession de long terme
Pour l'économie du pays, ils tablent sur "une récession de long terme".
L'article ici

vendredi 26 novembre 2010

Concours Photos National Geographic 2010

Eva Joly - Les paradis fiscaux, c'est la colonisation


Durée 8mn45

Les paradis fiscaux comme les Iles Caïmans, les Bermudes mais aussi Luxembourg, la Suisse, la City de Londres, etc. sont des centres financiers qui organisent l’opacité, cultivent le secret et ne font pratiquement pas payer d’impôts aux particulier et aux entreprises. Les multinationales y enregistrent des sociétés, parfois complètement fictives - une boîte aux lettres ! - pour faire émerger leurs profits dans ces filiales non imposés.

Par ce jeu de délocalisation fiscale, c’est l’Ile Maurice, qui compte à peine un million d’habitants, qui se retrouve être sur le papier le 1er investisseur mondial en Inde. Quant aux Iles Vierges britanniques, elles comptent 830 000 sociétés enregistrées pour une population de 23 000 habitants ! L’opacité permet de dissimuler des comptes et des activités douteuses aux administrations fiscales du monde, les plus touchées étant celles des pays en développement. Elle permet aussi de blanchir l’argent du crime et de la corruption. Source 

Eva Joly évoque dans la vidéo les points qui font des paradis fiscaux la version moderne de la colonisation par l'absence de taxation des bénéfices dans les pays producteurs. Situation qui constitue un transfert de richesse vers les pays riches.


jeudi 25 novembre 2010

Le visage de Dieu vu par la science

Les oiseaux de paradis, la plante!

Une interview intéressante sur le livre des frères Bogdanoff.
Ils abordent le rapport des scientifiques à Dieu avec les connaissances récentes obtenus sur les origines de l'univers.

Avant cela vous trouverez l'analyse du livre qu'en fait un franciscain ici (La vidéo de l'interview est intégrée à l'article).

Citation de Pasteur : "Un peu de science éloigne de Dieu, mais beaucoup y ramène."

Emploi. Faire parler les chiffres


Et comment on fait dire ce que l'on veut aux chiffres.

Parait-il l'emploi se remet à augmenter, 100 000 en un an. Bonne nouvelle.
J'ai quand même un doute vu la manipulation des chiffres que l'on voit régulièrement (désinscriptions automatiques, non-renouvellements sans justifications, "emplois aidés"...). J'y reviendrais plus longuement dans un autre billet.

Mais voyons déjà ce que cache cette annonce avec l'article d'Alternatives Économiques

Cette progression de l'emploi demeure insuffisante au regard du nombre de candidats qui, normalement, devraient se présenter sur le marché du travail
Les 100 000 emplois supplémentaires créés au cours des quatre derniers trimestres sont en réalité uniquement des emplois intérimaires
Magie des chiffres!

L'article ici

mercredi 24 novembre 2010

La souffrance cachée des garçons de banlieues


Un aspect occulté de la vie des banlieues, la souffrance des garçons.

Quelques extraits
On a longtemps allumé les projecteurs sur la souffrance des filles des quartiers, pour certaines « oppressées », « enfermées », ou « insultées » ; et peu, voire pas du tout, sur celle des garçons. Pourtant la détresse est bien là.

La souffrance est présente et elle se manifeste par tous les moyens. L’expression la plus classique étant certainement la violence.

Le repli religieux pendant une dépression est habituel. D’une part il donne l’impression d’entrer dans une quête de savoir. Quête qui pourrait combler celle perdue après un échec scolaire ou professionnel. Mais aussi et surtout, la religion c’est quelque chose de gratuit. On entre gratuitement dans une église, une mosquée ou un temple.

L'article ici

Le robot-serpent, création(nisme) militaire




Ce robot nouvelle génération est d'une redoutable intelligence et efficacité. Capable de se mouvoir comme un véritable serpent, il est également susceptible de se reproduire en cas d'attaque.
Construit par l'armée israélienne, ce robot est totalement autonome puisqu'il possède un cerveau, des capteurs, des moteurs ainsi que des batteries, mais surtout un corps souple qui lui permet de se faufiler partout. Ce robot libère également des mini-répliques de lui-même en cas d'attaque adverse afin de poursuivre sa mission. Source

Au-delà du caractère créatif et de l'ingéniosité de l'esprit humain, que d'argent dépensé pour des futilités néfastes pour reproduire ce que la nature sait parfaitement faire. Il est vrai que l'usage en est différent. Pourquoi faire déjà?


mardi 23 novembre 2010

L'Euro et l'Europe au bord du précipice

 Paul Jorion

C’est un homme surprenant pour les français car il s’occupe de « tout » : anthropologue et sociologue, spécialisé dans les sciences cognitives et l’économie, mais pour vous rassurer l’anthropologie comporte plein de chiffres de statistiques aussi. En fait c’est un matheux. Il a même été trader. Il doit être à peu près le seul dans le monde à avoir prédit la crise des subprimes (à l’origine de la crise actuelle). Donc on peut, je suppose, lui faire confiance sur ses prévisions d’avenir et les solutions qu’il préconise. Source

Suite au renflouage de l'Irlande, après la Grèce il nous fait parvenir ce message dans son blog
Ils étaient seize dans la zone euro. Avec un peu d’aide du Fonds Monétaire International, ils se sont mis ensemble pour aider l’un d’entre eux, la Grèce. Ils sont restés quinze aveugles à soutenir un paralytique.
Ils étaient quinze pays encore debout dans la zone euro. Avec un peu d’aide du Fonds Monétaire International, du Royaume-Uni et de la Suède, ils se sont mis ensemble pour aider l’un d’entre eux, l’Irlande. Ils sont restés quatorze aveugles à soutenir deux paralytiques.
Ils sont quatorze encore debout. Et il est facile d’imaginer la suite. Il est facile de l’imaginer en novembre puisqu’on l’entrevoyait déjà en février. J’écrivais le 25 février dans Feu en la demeure : « Vous ne sauverez pas la Grèce en lui enjoignant de baisser le salaire de ses fonctionnaires. Vous ne sauverez pas la Grèce en l’encourageant à combattre la fraude fiscale. Vous ne la sauverez pas non plus en créant une… cagnotte (on tombe ici dans le dérisoire !) ». Et j’ajoutais, reprenant mes propos dans l’émission « The Debate » sur France 24, le 3 février : « Cette fois, ce n’est plus 1) Bear Stearns, 2) Lehman Brothers, 3) Merrill Lynch, c’est 1) Grèce, 2) Portugal, 3) Espagne ».
Ils sont quatorze encore debout. Et le Portugal et l’Espagne sont très pâles depuis déjà février. La méthode n’est pas la bonne. Est-ce vraiment si difficile à comprendre ?

Et si certains doute encore de l'enjeu, lisons Herman Van Rompuy, le président de l'Union européenne

Nous devons tous travailler de concert afin de permettre à la zone euro de survivre. Car si la zone euro ne survit pas, l'Union Européenne ne survivra pas non plus.

Vol au-dessus d'un nid de cailloux



Chute libre! A voir en plan large.

lundi 22 novembre 2010

BNP vs France 1-0, le règne de la MégaBanque


Un article de Bloomberg montre que la plus grande banque mondiale en terme d'actifs est française, BNP-Paribas. Cela peut être satisfaisant pour notre orgueil national. Cocorico.

Ce qui est plus délicat, c'est la taille de la banque, quand on la compare par exemple au PIB qui mesure toute la richesse nationale produite sur une année.
Donc BNP gagne le match haut la main puisque ses actifs sont de 2240 milliards d'euros. A comparer à un PIB de 1800 milliards pour la France. Crédit Agricole aussi gagne la partie et au train où vont les choses, Société Générale se rapproche du match nul.

Ces chiffres ne vous disent rien? Imaginons que cette banque (mais ses copines aussi) subisse quelques revers dans des pays lointains et exotiques comme la Grèce, l'Irlande, le Portugal, l'Espagne... et que la valeur des actifs baissent de quelques pour-cents.
Sur 2240 milliards, ça fait un gros trou dans la caisse. A multiplier avec les copines.

Et cela sans compter la France elle-même. Nouriel Roubini, économiste très écouté puisqu'il a fait partie des rares à prévoir la tempête financière démarrée en 2007, vient de faire ces déclarations
La France, par certains aspects essentiels, n'a pas l'air en bien meilleur état que la périphérie [entendez Grèce et Irlande, les autres à suivre]
Ils n'ont rien fait d'un point de vue structurel, leur déficit budgétaire est élevé, politiquement ils sont limités dans leur capacité à faire des réformes. C'est juste que, comparé aux autres, ils n'en sont pas encore au même point
Je prendrais bien un café. Noir et sans sucre.

L'article de Bloomberg (en anglais) et des Echos

Londres à 360 degrés en 88 milliards de pixels



dimanche 21 novembre 2010

L’initiation sauvage du civilisé - La Crise

Par Denis Marquet
Chez les peuples que l’on disait sauvages existe une dimension que nous avons perdue : l’initiation. Celle-ci est une ritualisation des passages de la vie qui permet à l’individu, accompagné par sa collectivité, de mourir à une forme d’existence périmée pour renaître à une nouvelle. La mort symbolique instaure une rupture avec l’ordre ancien, laquelle passe par une épreuve impliquant souvent des douleurs physiques et morales. Lors de l’initiation adolescente, le garçon peut être enfermé dans une caverne sombre (symbolisant la matrice) où, tout repère aboli, il devra traverser la faim, la soif, l’angoisse de la mort et de l’inconnu. Puis, comme une renaissance, il sera ramené à la surface et accueilli cérémoniellement par la communauté des hommes. Au plus intime des cellules est ainsi reçue l’information qu’un temps est révolu et qu’un autre commence.

Nous, « civilisés », avons perdu les initiations. Aussi adultes que nous soyons en apparence, nous vivons donc nécessairement dans un immense chaos psychique : les âges sont mélangés en nous et, les nostalgies primitives n’ayant jamais pu être lâchées, nos vrais désirs sont inextricablement mêlés de pulsions régressives, donc agressives. Pour rester dans l’exemple du jeune homme (mais les initiations féminines manquent tout autant...), notre époque ne lui propose rien qui lui permette de faire le deuil de la fusion avec la mère, afin de naître à un désir d’homme dirigé vers une femme et non un substitut maternel (le complexe d’Œdipe est une spécificité moderne !). Cet apprentissage devra donc se faire (ou non) au fil des expériences amoureuses, et particulièrement au sein du couple, dans le conflit et la crise.

Car à la place de l’initiation, nous avons précisément la Crise - cette initiation sauvage du prétendu civilisé. Sauvage, parce qu’elle se pratique sans accompagnement social et dans la solitude. Elle est donc bien plus douloureuse et incertaine. Et aussi parce qu’aucune explicitation n’est donnée de son sens, de sa nécessité et de ses lois. C’est pourquoi nous manquons souvent la portée initiatique des crises qui se présentent. Ainsi, la terrible dépression est trop souvent l’objet d’une simple anesthésie médicalisée alors que, d’un point de vue initiatique, elle est précisément le moment crucial qui assure la transition entre la mort à l’ancien et la naissance au nouveau. La réintroduction d’une compréhension initiatique, dans nos vies et dans la conscience collective, est donc la grande tâche de notre temps. Cela passe par une nouvelle écoute de certains mots-clés : entendre la crise en son sens étymologique de moment où se décide le chemin ; et l’épreuve comme le temps où l’on s’éprouve soi-même de manière neuve.

Ne soyons pas nostalgiques : dans les sociétés traditionnelles, l’initiation n’avait pour objectif que de permettre à l’individu de tenir son rôle social dans un contexte de grande coercition. Si la crise est une initiation sauvage, c’est qu’elle répond à une autre ambition humaine : accoucher d’un être unique, irremplaçable, qu’aucun discours social ne peut déterminer - soi-même. Dans la crise et l’épreuve, pouvons-nous entendre l’appel de notre vérité profonde à toujours plus d’incarnation ?


USA : 857 000 dollars par emploi créé


Le président la banque fédérale US, Ben Bernanke, vient d'affirmer aux sénateurs américains que le dernier programme d'assouplissement quantitatif allait permettre de créer 700 000 à 1 million d'emplois.
C'est une bonne nouvelle pour l'emploi dans ce pays, et on peut s'en réjouir pour les salariés américains.

Sachant que le premier plan de 2009 a coûté beaucoup plus cher et n'a pas créé le moindre emploi on peut s'interroger sur le bien-fondé d'une telle démarche.
Mais le plus important n'est peut-être pas là.
Quand on lit une telle annonce, l'idée est de la valoriser. Donc nous avons dans une poche 0,7 à 1 million d'emplois et dans l'autre 600 milliards de dollars.
Combien cela fait-il par emploi créé?
Résultat, la modique somme de 600 000 à 857 000 dollars par job. Une paille!

Si nous prenons un salaire minimum moyen à 1500 dollars par mois (le minimum fédéral est à 7,25USD par heure et dépend ensuite de chaque état) cela nous donne des chiffres tout-à-fait intéressants :
- Hypothèse optimiste 400 mois de salaires
- Hypothèse pessimiste 571 mois de salaires
Ce qui nous donne respectivement de 33 ans à 47 ans de rémunération par emploi créé!!!
Une vie de travail.
Cela va certainement intéresser certaines (grosses) entreprises, et encore plus le (jeune) contribuable américain qui va devoir rembourser pendant toute sa vie... de travail.

L'article (en anglais) ici

samedi 20 novembre 2010

Le trou noir


L'agriculture naturelle de Masanobu Fukuoka


Vous ne connaissez sans doute pas ce monsieur et pourtant il représente un des meilleurs espoirs de l'humanité. Il est mort en 2008 à 95 ans.
Avant cela, après avoir été microbiologiste et spécialisé en phytopathologie, il s'est installé dans une ferme au Japon pour concevoir et développer une méthode d'agriculture révolutionnaire, l'agriculture naturelle.
Modestie des mots.


Cette méthode se résume simplement:
Pas de labourage
Pas de fertilisants
Pas de désherbage
Pas de produits chimiques
En laissant faire la nature, et en limitant au maximum les interventions humaines nécessaires, le rendement de sa production de riz est meilleur qu'en agriculture classique. Même sans apport extérieur, sa méthode a pour principal effet d'enrichir le sol plutôt que de l'épuiser.

Et il dit lui-même

Mes champs sont peut-être les seuls au Japon à ne pas avoir été labourés depuis plus de vingt ans, et la qualité du sol s'améliore à chaque saison. J'estime que la couche supérieure riche en humus, s'est enrichie sur une profondeur de plus de douze centimètres durant ces années. Ce résultat est en grande partie dû au fait de retourner au sol tout ce qui a poussé dans le champ sauf le grain.

Vous trouverez plus d'informations ici

vendredi 19 novembre 2010

Alerte crise systémique globale – Début 2011


L'équipe LEAP/E2020 annonce le franchissement du seuil de la dislocation géopolitique mondiale pour début 2011. 
Cette équipe s'est fait une réputation pour ses bonnes anticipations particulièrement visibles depuis le début de la crise  en 2007. Vous pouvez le voir en retournant vers les sommaires des précédents numéros, notamment ceux de 2006.
Vous trouverez ci-dessous le sommaire de son dernier numéro (payant). Très explicite.

Avec le sommet du G20 de Séoul, qui marque la prise de conscience planétaire de la fin de la domination américaine sur l’agenda international et de son remplacement par un « chacun pour soi » généralisé, une nouvelle étape de la crise vient de s’ouvrir qui incite l’équipe de LEAP/E2020 à lancer une nouvelle alerte. En effet, le monde est en train de franchir un seuil critique de la phase de dislocation géopolitique globale… 
. Suite et fin du « Quantitative Easing » : La Fed entre en « résidence surveillée »
. Paralysie politique à Washington : les Etats-Unis à la dérive, le Dollar en chute libre et l’austérité US au rendez-vous de 2011
. Austérité européenne : multiplication des résistances sociales, montée des populismes, risque de radicalisation des générations montantes et hausses d’impôts
. Renforcement de l’Euroland et début de manipulations européennes de la valeur de l’Euro 
. Royaume-Uni : l’ex-puissance qui décroche
. Japon : derniers efforts pour résister à l’orbite chinoise 

Et la partie concernant l'Europe

Austérité européenne : multiplication des résistances sociales, montée des populismes, risque de radicalisation des générations montantes et hausses d’impôts
De Paris à Berlin [14], de Lisbonne à Dublin, de Vilnius à Bucarest, de Londres à Rome, … les manifestations et les grèves se multiplient. La dimension sociale de la dislocation géopolitique globale est bien au rendez-vous de l’Europe de cette fin 2010. Si ces évènements ne parviennent pas pour l’instant à perturber les programmes d’austérité décidés par les gouvernements européens, ils traduisent une évolution collective significative : les opinions publiques sont en train de sortir de leur torpeur du début de la crise en prenant conscience de sa durée et de son coût (social et financier) [15]. Les prochaines élections devraient donc faire payer un coût élevé à toutes les équipes au pouvoir qui ont perdu de vue que sans équité, l’austérité ne bénéficierait d’aucun soutien populaire [16]. Pour l’instant, les équipes au pouvoir continuent essentiellement à appliquer les recettes de la période d’avant la crise (à savoir des solutions néo-libérales à base de réductions d’impôts pour les ménages les plus aisés et d’augmentation d’impôts indirects en tout genre). Mais la montée en puissance des conflits sociaux (qui est inévitable selon LEAP/E2020) et les changements politiques qui vont apparaître dans les prochaines élections nationales pays après pays, vont générer une remise en cause de ces solutions… et une montée brutale des partis populistes et extrémistes [17] : l’Europe va se « durcir » politiquement. Parallèlement, devant ce qui apparaît de plus en plus comme une tentative inconsciente de la génération « babyboomer » de faire payer l’addition aux générations montantes, on peut anticiper une multiplication des réactions brutales des jeunes générations [18]. Pour notre équipe, on devra faire face à leur radicalisation si la situation leur paraît sans issue, faute de compromis. Or sans évolution à la hausse des recettes fiscales, le seul compromis crédible à leurs yeux sera une baisse des retraites actuelles plutôt qu’une hausse des coûts de l’éducation. Aujourd’hui est toujours un compromis entre hier et demain, en particulier en matière fiscale ! D’ailleurs, les conséquences fiscales probables de ces évolutions seront une hausse des impôts sur les hauts revenus et les revenus du capital, de nouvelles taxations des banques et un volontarisme communautaire nouveau en matière de protection douanière des frontières [19]. Les partenaires commerciaux de l’UE devraient en prendre conscience très rapidement [20] .


L'article complet ici.

Worldometers, le conteur du monde


C'est un compteur qui tourne beaucoup sur internet. Il n'est pas nouveau.
Me posant la question d'en faire un billet sur ce blog, je me suis arrêté plusieurs minutes et je l'ai regardé. J'ai regardé chaque élément en essayant de me le représenter. C'est fascinant.

Après ça, on s'étonne que quelque chose ne tourne pas rond sur cette planète. Ou dans la tête des gens.

C'est un conteur de nos vies, qui ne connaît plus le bouton pause.

Tout cela, absolument tout, ne va-t-il pas trop vite?

jeudi 18 novembre 2010

Le pape veut un nouveau monde


Le pape fait quelques commentaires sur la situation mondiale autour de la grand-messe du G20
Une profonde réforme du modèle de développement économique mondial [est nécessaire].
Les économies des pays riches ne doivent pas être à la recherche d'alliances avantageuses... pouvant avoir de graves conséquences sur les pays les plus pauvres.
Et il note
La poursuite d'un déséquilibre entre la richesse et la pauvreté, le scandale de la faim...
Comme vous le savez déjà, il est bien évidemment nécessaire d'affirmer la gravité de la situation et ses conséquences désastreuses, donc toute proposition allant dans le bon sens est appréciée. C'est le cas.

Ceci étant dit, ce message en provenance du chef d'une institution religieuse qui a largement contribué à créer cette situation est tout de même surprenante.
Depuis des siècles, l'Église a été au premier rang de toutes les aventures coloniales et ne s'est pas privée de bénéficier des largesses des conquérants.
Ceci demanderait de longs développements. Pour résumer, citons Jomo Kenyatta, premier président du Kenya       
Lorsque les premiers missionnaires sont arrivés en Afrique, ils avaient la Bible et nous la terre. Ils nous ont demandé de prier. Alors nous avons fermé les yeux pour prier. Quand nous les avons rouverts, la situation s’était inversée. Nous avions la Bible et eux la terre.
Espérons que ce nouveau monde espéré ne sera pas un remake du très mauvais film que nous connaissons.

Et, sur cette idée de film, j'en profite pour faire un rappel sur le magnifique "La fin de la pauvreté" de Philippe Diaz déjà évoqué dans ce blog.
Pensez-y pour vos cadeaux de Noël.

L'immeuble en bois le plus haut du monde


C'est un projet autrichien. Toujours en avance en matière d'environnement, ces champions d'Europe de l'agriculture biologique (11% des surfaces agricoles utilisées)!
Ils se lancent dans le bâtiment maintenant avec un immeuble de 30 étages.
Intéressant projet qui permettrait de diminuer de 90% l'impact environnemental.

Bravo l'Autriche

mercredi 17 novembre 2010

Êtes- vous un(e) Créatif-Culturel ?


Vous allez trouver deux vidéos (20mn au total) de Jean-François Noubel pour l'introduction au colloque du Collège des Hautes Études Environnementales et du Développement Durable qui a eu lieu au Sénat en juillet 2010.


Il évoque les bouleversements qui sont en cours dans notre monde pour passer d'un système pyramidal à une conscience globale. Faites-vous partie de ce processus? Êtes- vous un(e) Créatif-Culturel?

Regardez, et vous saurez tout sur :
- Les notions d'intelligence collective originelle, pyramidale et globale
- L'évolution économique avec l'impact des entreprises transparentes et des monnaies complémentaires
- Le concept de synchronicité vs causalité


Les deux vidéos ici

Conte : Le cocon


Entre deux branches d’arbre dans un creux, un cocon. Un homme l’observe.
Il devine dans cet œuf une ouverture minuscule qui ressemble à un ongle d’écorce. Un papillon, bientôt, va naître.
L’homme le voit qui s’insinue par ce trou trop menu pour lui, et qui s’efforce, et qui s’échine, un millimètre après un autre, et qui semble tant s’épuiser qu’il s’arrête, à demi sorti.
« La pauvre bête n’en peut plus, se dit l’homme. Je vais l’aider. » De la pointe de son canif il élargit la porte étroite.
Le papillon, d’une poussée, vient au monde enfin, se délivre, mais son corps est gonflé, pesant, et ses ailes sont trop petites, elles paraissent ratatinées.
L’homme pense qu’elles vont bientôt se déployer, et que ce ventre qui se traîne, obèse, disgracieux, va perdre ce poids qui l’encombre, mais non, le papillon est informe à jamais.
L’homme ne savait pas que l’insecte, pour vivre, avait besoin de son combat, que son effort exténuant contre exiguïté du seuil poussait le liquide du corps vers les ailes encore chétives pour leur donner leur force, leur exacte beauté, leur juste dimension.
Il avait cru bien faire, comme nous qui voulons aplanir les obstacles devant les pas de nos enfants. Ils n’en seront pas plus heureux et risquent d’en rester infirmes.
La loi de nature le dit.


mardi 16 novembre 2010

La petite phrase d'Angela Merkel


L'Allemagne n'est pas la France. Les allemands vont donc boire  la bière jusqu'hallali!
Tout comme nous qui boirons la coupe (de vin) jusqu'à la lie.

Voilà donc la dernière sortie de la Bell'Angela (version italienne. Ben oui, on construit l'Europe quand même!)
« Je demande aux marchés de penser parfois aussi un peu aux politiciens. Il n’est pas possible d’expliquer constamment à nos électeurs que le contribuable doit régler l’ardoise de certains risques plutôt que ceux qui gagnent des fortunes pour avoir pris ces risques ».
C'est trop mignon cette gentille demande, non? Et cela fait très crédible et responsable vis-à-vis des électeurs, n'est-ce pas?

Et cela voudrait-il dire que juste avant, c'est-à-dire les trente dernières années, ils -les politiciens- ont laissés faire -en expliquant gentiment aux gentils électeurs que tout ce qu'on fait les gentils marchés étaient pour leur bien- et créer la situation catastrophique que nous connaissons depuis 2 ans!?!

Maintenant, cela donne l'impression de voir l'esclave demander à son maître d'être moins méchant avec lui!
On croit rêver.

Les bonus du Crédit Mutuel


Annonces à tout-va. Et même en 4x3 dans le métro parisien.
Le Crédit Mutuel ne prend pas de commissions sur les produits qui sont vendus aux particuliers!!!
Hourra! Trois fois hourra!

Et pourtant le hoquet me prend. Bizarre, bizarre. Comment va-t-on motiver ces estimables chargés de clientèle déjà submergés par les restrictions d'effectifs?

Eurêka, Archimède est passé par là; on va faire comme dans les Mégabanques... On va leur "offrir" une rémunération variable. Ouf, sauvée la direction de la banque et ses profits.

Pourquoi je râle alors!?! Ah, c'est vrai, ne serait-ce pas l'autre nom pour Bonus par hasard?

Étrange, il me semblait qu'une des causes de la crise financière actuelle était liée à ce système de rémunération. Pour ceux qui ne suivent pas, ou seraient directement passés à la crise économique et sociale, toutes deux aussi réelles bien sûr, oui, on est toujours dans cette crise de l'argent, un mot plus concret, non?.

J'ai dû manquer un épisode de la série Dallas.

Vous en saurez plus sur les détails ici

lundi 15 novembre 2010

Comment faire la planche (à billets)?


Une vidéo humoristique (en anglais, pas de sous-titrage) sur un sujet très actuel, l'assouplissement quantitatif.

Quand le bateau sombre... Il vaut mieux savoir faire la planche. Ce que semblent avoir bien compris les autorités financières et politiques américaines.

L'assouplissement quantitatif une notion déjà évoquée dans ce billet.

Moscou se prépare à une attaque nucléaire

 Auteur anonyme - Cliquez pour agrandir


Près de 5000 nouveaux abris anti-aériens et isolant des radiations nucléaires vont être construits à Moscou d'ici 2012 afin de protéger les habitants en cas d'attaque. Ils seront situés sous les immeubles, centre commerciaux... et doivent permettre aux gens de rejoindre un abri en une minute.

Sachant que les Russes ont une grande expérience de guerre froide et qu'ils sont les meilleurs joueurs d'échecs du monde... Qu'ont-ils donc en tête? Une attaque terroriste, un nouveau Tchernobyl, un nuage iranien, une vraie attaque militaire?

La vidéo (en anglais) et l'article de Russia Today

dimanche 14 novembre 2010

OGM, Ô Graines de Malheur

Amaranthus palmeri ou herbe à cochon

Nous vivons une époque formidable où la science et la technique résolvent toutes les équations, au moins sur le papier. Einstein a dit dans les années 1940 que "Le progrès technique est comme une hache qu'on aurait mis dans les mains d'un psychopathe."
Il semble que nous allons en voir un autre exemple avec les OGM.

Bonne nouvelle, enfin c'est une façon de parler, premier arrivé, premier servi.. FIFO comme disent les comptables.

Nos amis américains des grandes plaines centrales qui se sont lancés dans l'aventure de la culture OGM, avec la bienveillante (et rémunératrice) aide de Monsanto, il y a moins de 15 ans souffrent d'effets secondaires, apparemment désastreux pour leurs cultures et chiffres d'affaires.
Avec le temps, mais pas si longtemps puisque c'est en une dizaine d'année seulement, l'herbicide Monsanto devient inefficace par adaptation d'une mauvaise herbe, surnommée herbe à cochon, sensée être détruite.

Comble de "malchance", cette plante pousse jusqu'à 5 cm par jour et peut faire 2 mètres de hauteur. Rien n'y résiste, sauf la houe et la pelle. Bonne nouvelle quand même, les ouvriers mexicains sont contents, eux.
Actuellement, 10% des cultures OGM sont touchées avec une rapidité de progression exceptionnelle qui pourrait mettre en difficulté certaines exploitations dès l'année prochaine.

Mais la conclusion et la palme de cette histoire revient à la réflexion d'un agriculteur : «Mère Nature n’en a fait qu’à sa tête».
Une tête de cochon, sans doute.

L'article ici

Rousseau : L'homme est l'unique auteur du mal


On connaît beaucoup Jean-Jacques Rousseau pour " L'homme naît naturellement bon...". Alors en écoutant les remarques des uns et des autres et portant un regard plein d'espoir sur mes contemporains, je vous propose ce texte tiré de Émile ou De l'éducation.


Un texte bon pour le moral. 

C'est l'abus de nos facultés qui nous rend malheureux et méchants. Nos chagrins, nos soucis, nos peines, nous viennent de nous. Le mal moral est incontestablement notre ouvrage, et le mal physique ne serait rien sans nos vices, qui nous l'ont rendu sensible. N'est-ce pas pour nous conserver que la nature nous fait sentir nos besoins ? La douleur du corps n'est-elle pas un signe que la machine se dérange, et un avertissement d'y pourvoir ? La mort... Les méchants n'empoisonnent-ils pas leur vie et la nôtre ? Qui est-ce qui voudrait toujours vivre ? La mort est le remède aux maux que vous vous faites ; la nature a voulu que vous ne souffrissiez pas toujours. Combien l'homme vivant dans la simplicité primitive est sujet à peu de maux ! Il vit presque sans maladies ainsi que sans passions, et ne prévoit ni ne sent la mort ; quand il la sent, ses misères la lui rendent désirable : dès lors elle n'est plus un mal pour lui. [...]
Qui ne sait pas supporter un peu de souffrance doit s'attendre à beaucoup souffrir. Quand on a gâté sa constitution par une vie déréglée, on la veut rétablir par des remèdes ; au mal qu'on sent, on ajoute celui qu'on craint ; la prévoyance de la mort la rend horrible et l'accélère ; plus on la veut fuir, plus on la sent ; et l'on meurt de frayeur durant toute sa vie, en murmurant contre la nature des maux qu'on s'est faits en l'offensant.
Homme, ne cherche plus l'auteur du mal ; cet auteur, c'est toi-même. Il n'existe point d'autre mal que celui que tu fais ou que tu souffres, et l'un et l'autre te vient de toi. [...] Ôtez nos funestes progrès, ôtez nos erreurs et nos vices, ôtez l'ouvrage de l'homme, et tout est bien.

samedi 13 novembre 2010

La nourriture industrielle est Toxic




William Reymond est l’auteur des deux tomes "Toxic" qui montre comment la nourriture industrielle est toxique pour l’organisme, et toutes les "cachotteries" de cette industrie.

Si je peux dire... n'en manquez pas une miette!

La suite en vidéo et une mine d'informations (après les vidéos), avec références, ici

G20 : Tout va très bien Madame la Marquise


Un article de Jacques Attali, publié sur Slate, qui résume très bien la situation après le G20 qui vient de se terminer. Il n'est pas besoin de rappeler sa crédibilité, dûe à sa carrière notamment financière, au plus haut niveau.

On croit vraiment rêver. Un sommet du G20 vient donc de se terminer sur de vagues promesses d'appliquer enfin quelques unes des décisions des précédents G20. Toutes restées plus ou moins lettre mortes.
Un bon nombre de ses promesses ont d'ailleurs été tout simplement oubliées au passage. De toute façon, elles n'engagent que ceux qui les écoutent. Sans aborder aucun des problèmes qui vont bientôt exploser à la figure des dirigeants du monde. Sans reconnaître que rien de ce qui avait été annoncé à 27, à 20, à 8 ou dans chaque pays n'a été mis en œuvre. Sans cesser de se contenter d'annoncer des mesures virtuelles, visant a dissuader le déclenchement de crises financières, monétaires, commerciales, sociales, qui ont pourtant déjà commencé. Sans accepter de voir que, depuis le début, le G20 ne fait que faire «des plans d'irrigation pendant le déluge» pour reprendre l'expression ancienne de Jacques Rueff à propos du système monétaire international.
La métaphore que j'emploie depuis le premier G20 (des alcooliques réunis pour décider comment ne plus boire, se contentent de prendre un dernier verre) est encore applicable à la réunion de Séoul. On vient une nouvelle fois de recourir à de nouveaux expédients sans se donner les moyens de se désintoxiquer. Ne voit-on pas que rien de tout cela ne fonctionne? Ne voit-on pas que la maison brûle? Ne voit on pas que la Chine ne peut rendre sa monnaie convertible aussi longtemps qu'elle n'est pas une démocratie? Ne voit on pas que le Japon est paralysé? Ne voit on pas qu'aux États-Unis, la victoire des républicains aux élections de la mi-mandat donne tout pouvoir aux banques pour ne pas appliquer la législation financière d'Obama et pour ne pas financer les immenses pertes qui s'annoncent?
Ne voit on pas que les soit disant mécanismes européens de résorption des dettes bancaires et publiques ne fonctionnent pas? Que l'Irlande est en faillite? Que l'Espagne va très mal? Que le Portugal et d'autres vont suivre? Ne voit on pas que personne ne sait comment éviter un rééchelonnement massif des dettes publiques et privées? Ne voit on pas qu'il faudra bien se poser la question de savoir qui paie pour ce rééchelonnement Les banques? Les contribuables? Les banques centrales? Ne voit on pas qu'au bout de la route le choix au Japon, aux États-Unis et en Europe pourrait n'être plus qu'entre l'inflation et la nationalisation des banques? Mais non. On ne veut pas voir. D'ailleurs, tout le monde souriait sur la photo finale. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.



vendredi 12 novembre 2010

Les dégâts des médias



La vidéo, réalisée par l'Union des Chirurgiens de France, d'une affaire qui a marqué le milieu d'octobre dernier.
L'histoire d'un ophtalmo accusé de propos racistes et qui fait l'objet d'une rumeur qui se transforme en lynchage médiatique et politique.

La rétractation et les excuses de Rue 89

La guerre du Golfe (du Mexique)


Les jours passent et ici on n'en parle plus, ou si peu.
Là-bas, ce n'est pas le cas. Beaucoup s'interrogent, beaucoup souffrent et beaucoup essayent de se faire entendre.
Le sujet n'est pas oublié et de plus en plus d'informations émergent des profondeurs comme les boulettes noires de pétrole sur les plages.
Loin de moi l'idée de faire une compilation de ce qui est appris ou compris jour après jour, vous trouverez tout cela sur ce site (en anglais), dont je vous ai déjà parlé, mais quelques points sont révélateurs.

Le dernier : la chaîne alimentaire du golfe est contaminée. Bien sûr comme les grosses bêtes mangent les petites et que l'homme, accompagnée de madame le plus souvent, est le dernier maillon, tirez-en vous-mêmes la conclusion. Les bébés vont avoir une drôle de tête dans les années à venir!

Évidemment, cela c'est pour plus tard. Aujourd'hui, ce sont d'abord les médecins qui s'inquiètent de l'évolution rapide des problèmes de santé de tous ordres.

Et entre les deux, à moyen terme, des scientifiques ont noté des ruptures anormales dans le courant du Gulstream. Et s'il venait à s'arrêter?
Pas rassurant, parce que si vous connaissez les hivers à Montréal ou New York et que vous envisagiez la même chose à Paris, je vous laisse imaginer le résultat sur la distribution de l'eau ou de l'électricité. Je ne parle pas des transports, en commun ou non.

jeudi 11 novembre 2010

Le sucre, une drogue dure


Aujourd'hui, En France, la consommation de sucre est de 35kg par an et par personne soit 100g par jour.

Au XVIIIe siècle cette consommation était de 2 kg par an et par personne.

Facile à comprendre avec l'exemple des colas : Un litre contient environ 120g de sucre. Un  bonbon fait moins de mal!

En 1970, le docteur John Yudkin disait déjà
Premièrement, il n'y a aucun besoin physiologique pour le sucre. Tous les besoins de la nutrition humaine peuvent être complètement comblés sans avoir à prendre une seule cuillerée à thé de sucre blanc, de sucre brun ou de sucre brut, tel quel, dans les aliments ou dans les boissons.
Deuxièmement, si seulement une petite fraction de ce qui est déjà connu au sujet des effets du sucre devait être révélée et mise au compte d'un quelconque additif alimentaire, cet additif serait promptement interdit.»
En 1980, le docteur Abram Hoffer affirme que
Le sucre produit une assuétude aussi grave que n'importe quelle autre drogue. La seule différence entre la dépendance envers l'héroïne et la dépendance envers le sucre est que le sucre n'a pas besoin d'être injecté, il peut être consommé immédiatement parce qu'il est disponible et il n'est pas considéré comme une plaie sociale. Cependant la puissance de la dépendance au sucre est aussi forte que la dépendance à l'héroïne.
La dépendance au sucre cause des symptômes typiques aussi graves que ceux qui accompagnent le sevrage de n'importe quelle autre drogue. Il est, à la lumière de cette déclaration d'un médecin habitué aux désintoxications, facile de comprendre pourquoi, lorsque l'on parle du sucre, la majorité des gens réagissent avec violence et agressivité.
Ils se sentent douloureusement menacés dans leur toxicomanie puissante.
Toutes ces réflexions sans compter les dommages collatéraux : caries, sur-poids, troubles cardio-vasculaires, diabète...
Le sucre une drogue dure... qui dure!
Plus, beaucoup plus, d'informations sur Wikipédia

Pourquoi sommes-nous heureux ?



Y a t il une machine à fabriquer du bonheur? La réponse en images.
Surprenant.

Choisissez le sous-titrage en français. (View subtitles)

mercredi 10 novembre 2010

La fraude bancaire existe. Si!


Il y a des nouvelles que vraiment j'adore.

Quand le banquier central star de la décennie précédente, j'ai nommé le Grand, le Merveilleux, l'Adulé Alan Greenspan, admet enfin, après l'avoir constamment nié que la fraude [bancaire] est un problème.
C'est du lourd.
L'intérêt est de comprendre la raison de ce revirement. Oh, c'est simple, cette grande méchante fraude fait peur aux contreparties, traduisez les autres banques, qui n'osent plus se prêter ou faire du business entre elles.

Alors là, tout s'explique parce que cela devient très embêtant pour les affaires actuelles, les revenus et surtout les profits...des actionnaires!!!

Qu'elle vous fasse peur à vous simple particulier est bien sûr hors sujet. Si cela vous coûte (indirectement) c'est pareil.

L'article ici (en anglais)

Chômage et Servage



Une nouvelle mesure est envisagée en Angleterre, suite aux économies budgétaires et aux licenciements prévus de 500 000 fonctionnaires. Oui, là-bas on peut.
Ici c'est pour bientôt, puisque dans un monde ayant les mêmes règles et les mêmes contraintes, les solutions sont identiques. Cette mesure permettrait d'imposer aux chômeurs, ayant cessé de rechercher activement un emploi, au moins 30 heures de travail bénévole et gratuit par semaine.

Bien entendu pas de "bénévolat", pas d'allocations. Évidemment.
Donc ils n'auront pas le choix entre le salaire minimum et l'allocation maximum. Tout en travaillant autant. 

Cruel dilemme que de travailler plus pour ne pas gagner de quoi vivre!

Mais ils seront heureux, puisque utiles!!!
C'est toujours la fête pour les sans-emplois. Rappelez vous sur ce blog ici et ici.

Cela me rappelle d'autres temps : le Seigneur du château a une plèbe corvéable à merci dont il se Serf.

Un article ici

mardi 9 novembre 2010

Faim et Dignité

 La Soupe Populaire         R.G Hermann-Paul (1864-1940) 
 

Aujourd'hui, deux informations m'ont interpelé.

Un texte de Tahar Ben Jelloun intitulé Dignité et un autre sur l'augmentation constante du nombre de "bénéficiaires" des bons d'alimentation aux USA.

Il faut savoir qu'aujourd'hui, aux USA, il y a 42.4 millions de"bénéficiaires" (quel horrible mot pour une telle situation) de ces bons sur une population de 300 millions, soit 1 habitant sur 7.

Au-delà de la pilule statistique à avaler, les chiffres sont abstraits et c'est là que le texte de Tahar Ben Jelloun intervient pour décrire son expérience récente au comptoir d'un grand magasin new-yorkais et ses réflexions sur l'évolution de nos sociétés, sur le mouvement de la réforme des retraites en France et bien sûr, simplement, de dignité humaine.
Un cri du cœur.

Dignité ici

Relaxation : Magie des fonds marins


Superbe moment de détente et de relaxation en images et en musique

lundi 8 novembre 2010

Banlieues, 5 ans après



Un article sur les deux maires qui ont affrontés les premières difficultés des émeutes de 2005. Ils ont eu un entretien avec Courrier International en partenariat avec BondyBlog dont je vous livre quelques extraits.
Les maires de Clichy-sous-Bois et Montfermeil sont Claude Dilain (PS) et Xavier Lemoine (UMP), donc d'origines politiques différentes.
L'article complet mérite vraiment lecture pour une meilleure perception de l'ambiance et des anecdotes concrètes reflétant la vérité des banlieues vue par des responsables politiques la vivant au quotidien.
Quelques extraits :
XL : [A propos des émeutes de 2005] J’ai vu des hommes mûrs, avec chez eux une violence dans les paroles. La colère ne venait plus de la même partie de la population, les jeunes, et j’ai senti que là, il se passait effectivement quelque chose. 

CD :   Les UTEQ [Unités territoriales de quartier] sont un exemple d’un dossier que Xavier et moi, on plaide à 150% ensemble. Et quand on parle de complicité et de fraternité, c’était manifeste lors de l’altercation avec le ministre de l’intérieur. Je me souviens de mots forts entre Xavier et Nicolas Sarkozy. Je lui ai dit : « Monsieur le ministre je pense exactement comme Xavier mais je préfère que ce soit lui qui vous le dise. » On ne pouvait pas ainsi me reprocher un clivage partisan. 

XL : Pour moi, les UTEQ c’est un produit qui a été bien réfléchi : ce sont des policiers volontaires formés, dédiés à un territoire et très polyvalents. Deuxième chose, il y a un délégué police-population qui est un officier de police à la retraite, qui travail en civil et qui est comme un poisson dans l’eau dans la population. Il fait un travail de proximité extrêmement précis, fin et efficace. Troisièmement, il existe une cellule de veille qui réunit tous les mois le procureur, le commissaire, l’éducation nationale, les bailleurs et les transporteurs. On reprend tous les faits de délinquance du mois et on regarde en amont et en aval tout ce que les uns et les autres peuvent faire tant en termes de prévention que de répression. Dans ces conditions on arrive à faire un véritable travail de fond qui porte ses fruits, même si ça demande un effort soutenu.

CD : On marche sur la tête. On demande aux gens de s’intégrer mais on les met dans les pires conditions qui soient pour le faire. On ne peut pas signer un contrat avec quelqu’un en lui demandant de s’intégrer si les conditions minimum, les plus simples, de bons sens, ne sont pas respectées. Si on demande d’apprendre la langue française, il faut en retour avoir les enseignements adaptés. Idem pour la transmission des valeurs républicaines. Le contrat est exigeant des deux côtés. 

CD : Mais à la question : que veux la société française pour ses marges ? je n’ai pas de réponse claire.

CD : Oui, franchement, on sait ce qu’il faut faire. Déjà, commencer par déconcentrer.
 
XL : Si on est incapable de faire respecter un minimum de vivre-ensemble, on va alors retrouver des ghettos et on va nous accuser de les avoir créés, par notre incapacité, au non du droit à la différence.


L'ego au quotidien



Quelles que soient les actions nécessaires dans la vie quotidienne, les chocs et incidents dont elle est parsemée ne devraient pas laisser de traces en nous. Ce sont ces traces qui forment l'ego. La personnalité, se renforçant au cours de la vie, constituant un mur presque infranchissable.
Le succès est brutalité sous toutes ses formes, qu'elles soient politiques, religieuses, artistiques ou financières. La réussite implique la dureté.

Krishnamurti 
Il a été reçu à l'ONU en 1985 sur le thème de la paix (vidéo ici)

dimanche 7 novembre 2010

Les malades sont des pyromanes


Cette fois c'est un témoignage très humain sur la relation médecin-malade et les choix que le malade fait ou ne fait pas, d'où la réflexion : "Les malades sont des pyromanes"
Cela parle aussi de l'alimentation comme vecteur principal de la santé et de l'intérêt économique bien compris des parties.

Ce qui m'étonne autant que l'auteure, c'est de voir qu'un quart des lecteurs (au moment où j'écris le billet) ne sont pas d'accord avec l'article. Alors comme elle le dit fort pertinemment à la fin :
Je comprends ce pauvre Galilée qui pleurait en sortant du tribunal qui l’avait condamné et disait de la terre « Et pourtant elle tourne ! »

Mais reprenons dans l'ordre

Mon médecin me dit que je ne guérirai pas, qu’on ne guérissait pas de ce genre de maladie, mais qu’il fallait arrêter le processus en prenant de la cortisone ou de nouveaux médicaments, plus forts.

J’ai donc pris mon ordi et j’ai cherché toute seule ce que je pouvais avoir.

La notion fondamentale de tout équilibre alimentaire est le bon mélange des acides et des bases.
Le gluten, tel que l’agro-alimentaire l’utilisait, en abondance, était un danger pour la paroi intestinale

Ce qui me frappe dans la médecine chimique c’est sa volonté d’ignorer les causes véritables d’un mal. [ ] alors que ce sont des désordres que nous avons favorisé pendant des années.

Si d’autres, qui sentent venir les raideurs de l’âge, comprennent que l’âge a moins à voir là-dedans qu’un mauvais entretien.


Vous trouverez le témoignage complet ici

La banque est née dans le péché


Sir Josiah Stamp, Directeur de la Banque d’Angleterre de 1928 à 1941 l'aurait donc affirmé.
On comprend mieux les prises de position de l'actuel directeur (Voir la fin du système bancaire? sur ce blog il y a quelques jours)

Le système bancaire moderne fabrique de l’argent à partir de rien. Ce processus est peut-être le tour de dextérité le plus étonnant qui fut jamais inventé. La banque fut conçue dans l’iniquité et est née dans le pêché. Les banquiers possèdent la Terre. Prenez la leur, mais laissez-leur le pouvoir de créer l’argent et, en un tour de mains, ils créeront assez d’argent pour la racheter. Ôtez-leur ce pouvoir, et toutes les grandes fortunes comme la mienne disparaîtront et ce serait bénéfique car nous aurions alors un monde meilleur et plus heureux. Mais, si vous voulez continuer à être les esclaves des banques et à payer le prix de votre propre esclavage laissez donc les banquiers continuer à créer l’argent et à contrôler les crédits.

samedi 6 novembre 2010

Du pain et des jeux


Une liste des "Dix Stratégies de Manipulation à travers les média" circule sur internet évoquant certaines des idées de Noam  Chomsky (apparemment il a démenti en être l'auteur).  Cette liste reprend l'éventail des stratégies de manipulation, depuis la stratégie de la distraction, en passant par la stratégie de la dégradation jusqu'à maintenir le public dans l'ignorance et la médiocrité. 
C'est un intéressant document même si le dernier point n'est peut être pas si évident.

Cela montre les évolutions sociales phénoménales que nos sociétés ont connues depuis "Du pain et des jeux" chez les Romains. Environ 2000 ans de "progrès" quand même.


 
1/ La stratégie de la distraction Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. » Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions
Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

3/ La stratégie de la dégradation
Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

4/ La stratégie du différé
Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge
La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisant, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-age ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ». Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion
Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise
Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures. Extrait de « Armes silencieuses pour guerres tranquilles »
8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité
Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité
Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution!…

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes
Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.